Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 13:19

 

Guido Westerwelle "Avant que je ne meure, être gay sera une évidence" 

traduction de l'article du Stern du 15 janvier 2014 :

http://www.stern.de/politik/deutschland/guido-westerwelle-bevor-ich-sterbe-wird-schwulsein-eine-selbstverstaendlichkeit-sein-2083215.html

 

Gudio Westerwelle a été le premier ministre des Affaires Etrangères allemand à s'être Pacsé avec un homme. Maintenant qu'il n'a plus de fonction officielle - il fait partager ses expériences dans un entretien avec le Stern.

 

guido_westerwelle_homosexua_fitwidth_489.jpg

L'ancien ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, postule que la société n'est pas encore assez éclairée quand il s'agit de la question de l'homosexualité © Hans-Jürgen Burkard

 

L'ex-ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle (FDP) attend que la chancelière Angela Merkel (CDU) fasse avancer l'égalité des homosexuels, de l'union civile vers le mariage.

Dans l'interview, le rédacteur en chef du Stern, Dominik Wichmann, raconte que l'homme de 52 ans avait suivi avec attention la déclaration sensible du porte-parole du gouvernement sur le coming out de l'ancien joueur de football national, Thomas Hitzlsperger. Mais ce n'était que ses premières prises de parole.

 

Westerwelle au Stern : "Je préférerais, si c'est ce qui a si bien progressé sous notre 'règne', que ceci soit également accompli, à savoir l'égalité juridique complète des unions civiles de même sexe avec le mariage."

 

La chancelière l'a entre ses mains

 

Sur la question de savoir s'il avait été frustré par le manque de volonté de la chancelière sur la pleine égalité, l'ancien ministre des Affaires étrangères a déclaré: "Oui, mais maintenant elle l'a entre ses mains ..." Il se féliciterait, si les mots du porte-parole du gouvernement se traduisaient en actes politiques.

 

L'Allemagne, dans les yeux de l'ancien dirigeant du FDP, malgré tout, n'est pas une société encore suffisamment éclairée. Dans l'entrevue avec le Stern, il a rappelé que le samedi même avant la confession de Hitzlsperger, l'ancien ministre du Travail, Norbert Blum (CDU), avait dit que l'égalité des unions homosexuelles était une sorte de phénomène d'esprit du temps auquel la Cour Constitutionnelle fédérale ne devrait pas succomber. Néanmoins, la CDU avait toujours été son partenaire de cœur a déclaré Westerwelle : "Le SPD n'était en général pas mieux, quand il s'est agit d'esprit étroit l'Allemagne a toujours été une très très grande coalition .."

 

Westerwelle se rendrait à Sotchi

 

Westerwelle a pointé, dans l'entrevue avec le Stern, les allégations passées selon lesquelles il n'avait pas pris clairement position, du temps où il était vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères, ni assez fortement sur la discrimination à l'égard des homosexuels dans les pays arabes et d'Europe orientale. "Je l'ai toujours fait, là où c'était nécessaire. Mais j'étais en premier ministre des Affaires étrangères et en second un ministre des Affaires étrangères gay." Même en Arabie Saoudite, où les homosexuels risquent la peine de mort, j'ai beaucoup parlé des droits civils et de la liberté d'expression "d'une manière raisonnable et diplomatique, comme c'est habituel pour les controverses internationales".

 

Contrairement au président Joachim Gauck qui ne fera pas de visite en Russie pour les Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, Westerwelle ferait un tel voyage. Si il était encore ministre des Affaires étrangères, il irait, "et il irait accompagné", a t'il déclaré au Stern .

 

Westerwelle, qui vit avec le manager d'événements Michael Mronz, en partenariat enregistré depuis Septembre 2010, entra dans la conversation sur le sujet des enfants: "Si j'étais dix ans plus jeune, j'en aurais, oui." Cela ne le rend pas malheureux, mais plutôt "songeur". Enfin, la discrimination des unions homosexuelles est souvent justifiée par le fait qu'elles ne peuvent pas engendrer des enfants. Il s'est alors demandé si dans les mariages hétérosexuels, ceux qui n'avaient pas d'enfants n'étaient pas mieux.

 

Selon le point de vue de Westerwelle, il faudra du temps avant que le sujet de l'homosexualité soit devenu un fait généralement accepté. Mais il s'est montré visiblement confiant: "Je vous le dis, avant de céder la cuillère ('passer l'arme à gauche'), être gay sera une évidence", a déclaré l'ancien ministre des Affaires étrangères au Stern.

 

_____________________________

 

 

 

 

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans allemagne
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 16:21

 

Maxim Marcinkiewicz called 'Slasher' is detained in Cuba

transation of the article by LifeNews.Ru on january 18 2014 :

http://lifenews.ru/news/125649

 

4

 

 

The head of the "Occupy-pedophilia", was arrested on request to enforcement agencies of the law of the Russian Federation, he will soon be delivered to Russia.

2-copie-1
you may see the video on LifeNews page : http://lifenews.ru/news/125649

The police detained in Cuba the Internet known activist, the nationalist and founder of the "Occupy-pedophilia" group, Maxim Marcinkiewicz, better known under the pseudonym of 'Slasher'. 

As we already said in 'LifeNews' yesterday morning, the Russian police filed an application on the Interpol wanted list on behalf of Marcinkiewicz. A few hours after receiving the official document from the international organization, the central hotel in Havana, where, according to operational information resided 'Slasher', was raided by the police.

"The Cuban police raided his hotel room," said a source within the law enforcement agencies. "All the equipment was confiscated, it was being used by Maximus Marcinkiewicz, including his cell phone and laptop." According to sources, Marcinkiewicz is still not reachable. 

Despite the fact that the arrest took place at about 8 PM, Moscow time, Friday, January 17, the police officially advised its Russian counterparts on the Functioning of the operation until Monday. The lawyer of Maxim Marcinkiewicz, Alexei Mikhalchik, contacted his client on Friday afternoon. Since then, the human rights activist has not yet spoken with Tesak.

Remember that on December 13, 2013, Marcinkiewicz was arrested in absentia by the District Court of Kuntsevskaya on extremism charges. The reason for extremism charges under Article 282 of the Penal Code, "incitement to hatred or hostility and humiliation, damage to human dignity and violence" lived on three videos posted on YouTube, where 'Slasher' acts in the spirit of the skinhead subculture, and where he supports namely pogroms in Biryulyovo. 

In the videos, Marcinkiewicz urge to expel Russian immigrants from Central Asia, accusing them of serious crimes. A language examination showed that they contain statements and calls to incite hatred or enmity on a national basis. This is also verified in the video clips of the movement "Occupy pedophilia."

Earlier in an interview with LIFEnews, Maxim Marcinkiewicz, against whom a trial is also being investigated for incitement to hatred, said he did not intend to return home, even if the prosecution was stopped . 


 

According to Marcinkiewicz, the investigation against him is revenge for his action against pedophiles.

 

__________________________________

 

. video "Russia : when neo nazis humiliate young gay Russians and mock the rainbow flag"

 

triangle rose

 

http://youtu.be/-mk7pIPX3SY

 

. video "Ukraine : Alexander Bohun, young X Factor star, was attacked by a Russian neo nazi mob (extracts)"

 

Bohun 9 b

 

http://www.wat.tv/video/ukraine-alexander-bohun-jeune-6jlov_2g79l_.html

 

 

As Maxim Marcinkiewicz removed almost all of its incriminating videos on his VKontrate page, these two, and others are available for the Russian justice (Jean Rossignol)

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans russie
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 14:58

 

Maxim Marcinkiewicz surnommé 'Machette' est en détention à Cuba 

traduction de l'article de LifeNews.Ru du 18/01/2014 : 

http://lifenews.ru/news/125649

 

4-copie-1.JPG

 

Le chef d'"Occupy-pedophilia", a été arrêté sur demande des organismes d'application de la loi de la Fédération de Russie, il sera bientôt livré à la Russie.

 

2-copie-1.JPG

vous pouvez voir la vidéo sur la page de LifeNews http://lifenews.ru/news/125649

 

Les policiers ont mis en détention à Cuba le militant connu sur Internet, le nationaliste et fondateur du groupe "Occupy-pedophilia" Maxim Marcinkiewicz, mieux connu sous le pseudonyme de 'Machette'.


Comme nous l'avons déjà dit dans 'Nouvelles de la vie', hier matin, la police russe a déposé une demande sur la liste des personnes recherchées à Interpol, au nom de Marcinkiewicz. Quelques heures après avoir reçu le document officiel de l'organisation internationale, l'hôtel du centre de La Havane, où, selon les informations opérationnelles résidait 'Machette', a été perquisitionné par la police.


"La police cubaine a perquisitionné sa chambre d'hôtel" a dit une source au sein des organismes d'application de la loi. "Tout le matériel a été confisqué, il était en cours d'utilisation par Maximus Marcinkiewicz, y compris son téléphone portable et son ordinateur portable". Selon des sources, Marcinkiewicz n'est toujours pas joignable.


Malgré le fait que l'arrestation ait eu lieu à environ 20 heures, heure de Moscou, le vendredi 17 Janvier, la police a officiellement avisé ses homologues russes sur le fonctionnement de l'opération jusqu'à lundi. L'avocat de Maxim Marcinkiewicz, Alexei Mikhalchik a contacté son client le vendredi après-midi. Depuis, le militant des droits de l'homme n'a pas encore parlé avec Tesak.


Rappelons que le 13 Décembre, 2013 Marcinkiewicz a été arrêté par contumace par le tribunal du district de Kuntsevskaya sur des accusations d'extrémisme. La raison des charges d'extrémisme, en vertu de l'article 282 du Code pénal, est "incitation à la haine ou hostilité et humiliation, atteinte à la dignité humaine et violence" résidaient sur trois vidéos postées sur YouTube, où 'Machette' (Slasher) agit dans l'esprit de la culture underground skinhead, et où il soutient nommément les  pogroms de Biryulyovo.


Dans les vidéos, Marcinkiewicz exhorte à expulser de Russie les immigrants venus d'Asie centrale, les accusant des crimes graves commis. Un examen linguistique a montré qu'elles contiennent des déclarations et des appels visant à inciter à la haine ou à l'hostilité sur une base nationale. C'est également vérifié dans les clips vidéo du mouvement "Occupy pedophilia."


Auparavant dans une interview avec LifeNews, Maxim Marcinkiewicz, contre lequel un procès est également en cours d'investigation pour incitation à la haine, a dit qu'il n'avait pas l'intention de revenir au pays, même si la poursuite était arrêtée.


Selon Marcinkiewicz, l'enquête contre lui est une revanche pour son action contre les pédophiles.

 

________________________

 

 

. vidéo "Russie : Quand les néo nazis humilient les jeunes gays russes et moquent le drapeau arc en ciel"

triangle-rose.jpg

 http://youtu.be/-mk7pIPX3SY

. vidéo "Ukraine Alexander Bohun, jeune star de X Factor a été attaqué par une bande de néo nazis russes (extraits)"

Bohun-9-b.jpg

http://www.wat.tv/video/ukraine-alexander-bohun-jeune-6jlov_2g79l_.html

Etant donné que Maxim Marcinkiewicz a supprimé la quasi totalité de ses vidéos compromettantes sur sa page VKontrate, celles ci, ainsi que d'autres sont à la disposition de la justice russe (Jean Rossignol)

 

 

 


 


Repost 0
Published by jeanrossignol - dans russie
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 13:07

 

Putin explained why he kissed the boy Nikita on the stomach

 

 

translation of the article by the Korrespondent.net on July 6 2006 :

http://korrespondent.net/strange/158070-putin-obyasnil-pochemu-on-poceloval-malchika-nikitu-v-zhivot

 

 

250px-Nikita putin preparing

 

During the online conference, Russian President was asked about the reasons that prompted Vladimir Putin to kiss a boy of 5 years , Nikita Konkin on the belly.

 

This question was asked in spite of warnings about some questions over Putin that could not be asked in flash mobs that artificially overestimate the popularity of certain subjects.

 

Putin said he just wanted to caress the boy , that he looked like a little kitten . According to him, "it was a chance encounter". The boy for Putin seemed "so independent". Russian President compared Nikita to a "little kitten" and said that "he just wanted to pet him".


1760598
How it happened

Putin came to his residence by the Cathedral Square of the Kremlin, after a meeting with graduates of military academies.
On how the Russian leader stopped to talk with Russian, American and French tourists, who came for a ride in the Kremlin.
Particular attention was given by the President to a boy, aged from 4 to 5 years. Putin crouched down and asked what his name was . The boy was clearly embarrassed, but said: "Nikita" . Putin then took the boy in his arms, then he clumsily removed his shirt and kissed his belly.
 
Putin then stood up , patted the boy's head and escorted, walked past the crowd of astonished tourists .

 

________________________________

 

video on this 'encounter': "Putin give a kiss to the boy Nikita on the stomach" 

http://youtu.be/c72swYTisvY


Repost 0
Published by jeanrossignol - dans russie
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 12:08

 

Poutine a expliqué pourquoi il avait embrassé le garçon Nikita sur le ventre

traduction de l'article de Korrespondent.net, du 6 Juillet 2006 :

250px-Nikita_putin_preparing.jpg

 

Lors de la conférence en ligne le président russe a été interrogé sur les raisons qui avaient poussé Vladimir Poutine à embrasser un garçon de 5 ans, Nikita Konkin, sur le ventre.

 

Cette question a été posée en dépit des avertissements sur certaines questions destinées à Poutine qui ne seraient pas posées lors de flash-mobs qui surestiment artificiellement la popularité de certains sujets.

Poutine a dit qu'il voulait juste caresser le petit garçon, qu'il lui apparaissait comme un petit chaton. Selon lui, "il s'agissait d'une rencontre imprévue". Le garçon semblait selon Poutine, "si indépendant". Le président russe a comparé Nikita à "petit chaton" et a déclaré qu'"il voulait juste le caresser".


1760598.jpg


Comment c'est arrivé


Poutine est arrivé à sa résidence par la Place de la Cathédrale du Kremlin, après une réunion avec les diplômés des académies militaires.

Sur la façon dont le dirigeant russe s'est arrêté pour parler avec les touristes - russes, américains et français, qui sont venus faire un tour au Kremlin.

Une attention particulière a été accordée par le président à un garçon, âgé de 4 à 5 ans. Poutine s'est accroupi et a demandé comment il s'appelait. Le garçon était clairement gêné, mais a déclaré: "Nikita". Poutine a alors pris le petit garçon dans ses bras, puis lui a maladroitement retiré son tee-shirt et embrassé son ventre.

 

Poutine s'est alors levé, a tapoté la tête du garçon et escorté, est passé devant la foule des touristes étonnés.

                                    ______________________

 

vidéo sur cette 'rencontre' : "Poutine fait un bisou au garçon Nikita sur le ventre" :

http://youtu.be/c72swYTisvY

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans russie
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 20:40

 

Future is Here

 

Future-is-here-b.jpg

 

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans digital photography
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 19:25

'La paille et la poutre',

'The mote and the beam'

 

 

la-poutre-et-le-miroir-b.jpg

 

 

digital pic by JR

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans digital photography
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 16:06

 

Shooting au Parc Borely


 

Jonathan-Parc-Borely-5-ppf.jpg


 

Jonathan-10-b-c-ppf-copie-1.jpg

 

 

Jonathan-Parc-Borely-4-b-pf.jpg

 

 

Jonathan

Photos Jean Rossignol

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans modeling
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 11:29

Les Ougandais au top des résultats de Google pour les recherches sur le 'porno gay'

 

traduction de l'article de GayStarNews :

http://www.gaystarnews.com/article/ugandans-top-google-results-searches-homosexuality110114

 

 

Les pays africains, comme le Kenya et l'Ethiopie, se classent également en tête pour les recherches sur le porno gay

 

11 JANVIER 2014 | PAR ASHLEE KELLY

 

 

image_120.jpg

 

 

Un nouveau rapport sur les termes de recherche les plus populaires de 2013 a révélé que l'Ouganda était une nation obsédée par l'homosexualité en ligne.

 

Selon le rapport Zeitgeist de Google en 2013, qui répertorie les termes les plus populaires utilisés sur son moteur de recherche, les Ougandais ont recherché 'homosexualité' plus que tout autre peuple sur terre.

La nation dangereusement anti-gay se classe troisième dans les recherches pour "homme baise homme" et de "femme baise femme" à la traîne du Kenya qui a été classé au premier rang pour les deux termes.

 

Le rapport Zeitgeist, publié chaque année, met en évidence une tendance des pays avec les lois et les opinions anti-LGBTI qui sont les plus curieuses en rapport avec le sexe et les minorités sexuelles.

 

Le terme "trans", souvent associée à la pornographie transsexuelle, a été le plus recherché en Somalie, le Kenya, le Pakistan et l'Ethiopie n'étant pas loin derrière. Pendant ce temps, le "sexe du cul" a également obtenu un score élevé dans les pays africains, avec l'Éthiopie en tête.

 

Le rapport ne précise pas si ces recherches étaient effectuées afin de regarder de la pornographie, ou tout simplement à des fins de "recherche".

 

Malgré l'obsession en ligne du pays avec l'homosexualité, l'Ouganda a récemment adopté un projet de loi déclarant que les personnes reconnues coupables d'avoir commis des "actes homosexuels" devaient être emprisonnés à vie.


 

Le projet de loi est actuellement en attente de la signature du président ougandais Yoweri Museveni, qui a déclaré qu'il avait besoin de prendre son temps et de l'étudier avant de prendre une décision.

 


Repost 0
Published by jeanrossignol - dans afrique
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 14:51

La poignante histoire d'un couple gay qui a dû fuir la Russie

2.JPG

traduit de l'article original du Huffington Post Gay Voices (par Priyanta Gupta) :

http://www.huffingtonpost.com/priyanka-gupta/the-heartbreaking-story-o_b_4570146.html?ncid=edlinkusaolp00000003

1.JPG

"Chantons la chute des feuilles," Valentina Kharenkon, une Ukrainiene de 62 ans, professeur d'anglais se laisse aller sur une chaise en acier devant un piano à queue entourée par 10 étudiants russes. Nous nous trouvions dans une salle de musique au sous-sol du centre communautaire juif à Bay Parkway, Brooklyn.

Oleg Dusaev est assis un peu plus loin, dessinant des traductions russes griffonnées à l'encre noire à côté des paroles avec ses petits doigts bien faits.

La musique commence. Comme les étudiants passent d'une chanson à l'autre, l'ambiance devient festive alors que les visages des hommes russes, rugueux et tannés par le climat, se transforment en de larges sourires et que leurs épaules tendues et trapues se détendent. Oleg leur sourit furtivement. Il est clairement l'homme de la pièce qui est habillé de la façon la plus évidente, avec un cardigan gris, tricoté et en laine et des bottes marron au cuir élégant. Ses lunettes noires Pierre Cardin sont perchées sur son petit nez arrondi sur un visage carré, rasé de près, avec de délicates et lisses lèvres minces. Ses doigts se déplacent en rythme, presque en transe, en jouant des notes imaginaires dans l'air. Valentina demande à Oleg de se présenter pour jouer, et bientôt les notes sortent de ses doigts dans un relachement sublime. En bas du couloir dans une autre classe, le mari d'Oleg, Stepanov Dimitry pratique l'anglais avec ses camarades de classe de sa voix douce et mélodieuse.


Oleg-Dusaev-b.jpg

Quatre jours par semaine, Oleg et Dimitry suivent un trajet en métro d'une heure et demi depuis leur petit appartement d'une pièce qu'ils louent à Union Turnpike dans le Queens jusqu'à Brooklyn pour prendre des cours d'anglais gratuits dans ce centre.

Oleg Dussaev, 33 ans, et Dimitry Stepanov, 30 ans, ont fui Moscou en Octobre de l'année dernière après qu'il aient été battus, harcelés et intimidés par des vigiles anti-gay.
Leurs carrières ont connu une fin abrupte après qu'Oleg ait publiquement révélé son homosexualité sur Facebook en Août.
Un pianiste de formation classique et un professeur de musique dans une école affiliée au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou.

C'était un journaliste bien connu et une personnalité de la télévision d'État, spécialisé dans les arts, sur la chaîne culturelle «Kultura» où il a travaillé pendant huit ans avant que son contrat soit résilié quelques jours après son coming out public.

«Aujourd'hui, pour moi, c'est le moment d'être courageux. Je veux ouvertement et honnêtement vous dire que je suis gay ... Je suis la même personne que vous connaissiez auparavant, le pianiste et journaliste Oleg Dusaev. Je suis un chrétien fidèle, convaincu que Dieu m'a créé et qu'il m'aime pour ce que je suis », peut on lire sur son post en russe.
Le lendemain, m'a t'il expliqué, ses collègues ont cessé de parler avec lui, et certains ont même refusé de lui serrer la main.

Le 4 Septembre, il était invité à se présenter comme commentateur pour une chaîne indépendante de nouvelles russes pour répondre à l'interview de Poutine à l'Associated Press, avant le sommet du G20 en Russie, où il avait affirmé que son gouvernement n'était pas discriminatoire contre ceux qui n'ont pas une "orientation sexuelle traditionnelle".
Conscient des répercussions, Oleg n'a pas commenté directement contre Poutine, mais a parlé de son expérience de la discrimination dans le travail. Le lendemain, on lui a remis sa lettre de licenciement. Et pendant ce temps leurs téléphones ont été constamment bippés avec des messages de haine. "Maudits sodomites, nous pouvons vous aider à brûler plus vite en enfer", disait l'un d'eux.

«J'ai eu une carrière intéressante en Russie et j'ai terminé ma carrière en Russie», explique Oleg. «Être célèbre a été un problème pour moi."

Oleg-Dusaev-2.jpg

 

La mère d'Oleg, Nailya , une enseignante russe de musique, dans une école de musique chic pour enfants, ayant un ex-mari, était terrifiée après son licenciement. Elle savait qu' Oleg était gay depuis qu'il a eu 14 ans, mais sa première réponse fut de lui demander de trouver une fille, puis ça a été le déni complet, et finalement, de traiter ses amis garçons avec beaucoup d'hostilité.

Mais cette fois, c'était différent, le danger était bien réel. Nailya a acheté deux billets pour les États-Unis et a supplié Oleg de partir du pays avec Dimitry, son petit ami depuis six ans.

«Ma mère ne nous avait jamais reconnu comme un couple, mais cette fois, elle a acheté des billets pour lui aussi. Elle avait peur pour lui aussi," dit Oleg.

Nous étions assis autour d'une table en bois, à l'étroit dans le salon commun de l'appartement qu'ils partagent dans le Queens. Oleg et Dimitry vivent dans l'une des chambres avec des murs bleu foncé et un petit lit encombré d'objets mis au rebut par leur propriétaire. Leur certificat de mariage repose, encadré, sur la table en face de leur lit, avec les figurines, en hauts de forme et smoking noir, du gâteau de mariage, se tenant de chaque côté.

C'était un mariage discret en Octobre peu après qu'ils soient arrivés à New York, à l'hôtel de ville, en présence d'amis et avec un échange de baiser discret, derrière de grands verres de champagne. 

"Ici, nous sommes locataires, et nous n'avons pas de vie privée. En Russie, nous avons eu des moments de paix, mais nous avions également deux portes métalliques et des systèmes de sécurité », explique Oleg.

Au début d'Octobre, quelques jours après une sortie, deux hommes inconnus ont attaqué Dimitry et Oleg devant une synagogue de Moscou. Il était 22h et les rues étaient sombres lorsque les deux agresseurs se sont jetés sur eux et ont déchiré leurs vêtements. Le soir même, ils ont reçu un message texto provenant d'un numéro inconnu: "Dégagez d'ici, ou nous allons vous envoyer en prison," disait il. "C'était troublant de recevoir des textes nous menaçant d'être envoyés en prison parce que c'est facile de le faire en Russie." explique Oleg.

L'attaque fut un rappel brutal d'une agression qui avait envoyé Dmitriy à l'hôpital avec un traumatisme crânien grave, il ya quelques années, quand il marchait près du parc Kolomenskoïe à Moscou pour acheter son dîner. Un homme costaud et grand a couru derrière lui et fit claquer son poing sur le dos de sa tête. Oleg et Dimitry ont porté plainte à la police, mais personne n'a été arrêté m'ont ils dit. En Août 2013, ils ont reçu un rapport d'enquête, déclarant que l'affaire avait été close après que le dossier ait été trouvé détruit. "Où est la justice, où puis je faire appel ?", demande Oleg. Les introductions par effraction dans leur appartement de Moscou sont devenues fréquentes quand ils ont commencé à vivre ensemble. Ils ont changé d'appartement, installé des portes métalliques, mais les attaques se sont poursuivies. La police, disent-ils, n'est jamais venue à temps, et personne n'a été arrêté.

"Initialement, nous voulions retourner à Moscou après notre mariage. Nous voulions que ça se décante, nous avions des billets pour le 30 Octobre, mais les choses ont changé de façon spectaculaire en une nuit», explique Oleg.

Un jour avant leur vol, Dimitry fut réveillé avec un message de sa soeur Irina de 39 ans, provenant de sa ville natale de Saransk, à plus de 500 kilomètres de Moscou.

"Qu'est ce que c'est que cette nouvelle de votre mariage, vous faites la une de Capital (le journal). Comment voulez-vous que nos parents puissent faire face à la société aujourd'hui," a t'elle dit.

Dimitry a été secoué. L'article en Russie avait le titre "Sodome et Gomore", et leurs photos de mariage tirées de leurs comptes Facebook, contenait des sources anonymes provenant de la famille de Dmitriy et de ses professeurs à l'école disant qu'ils avaient été mortifiés par leur mariage.

"J'ai juste lu les premiers paragraphes. [A] ce jour, je ne pouvais pas me résoudre à lire l'article en entier," dit-il. L'article a également écrit sur sa mère Ludmila, qui a subi un accident vasculaire cérébral il y a quelques années et sur sa grand-mère qui est morte un mois en arrière. "Dieu merci, elle n'a pas vécu pour voir ce jour", disait l'article.

"Nous ne voulions dire à personne que nous allions nous marier avant la cérémonie, nous avons pensé que allions le leur dire de retour en Russie», explique Oleg. La mère d'Oleg rapportait les nouvelles calmement au téléphone, mais quelques jours plus tard, elle s'est évanouie au travail. Le père de Dimitry a cassé tous liens avec lui quand il a essayé d'expliquer l'article sur Skype.

Lui et sa sœur n'ont plus parlé depuis avec Dimitry. "Sa sœur a peur que nous corrompions ses fils et qu'ils deviennent gay." Nous dit Oleg.

C'est alors qu'ils ont décidé qu'ils ne peuvaient pas revenir en arrière. Leur visa touristique pour les États-Unis expire au printemps. Récemment, ils se sont tourné vers l'ONG "No More Fear" ("Plus de Peur"), qui leur fournit une assistance juridique gratuite pour obtenir l'asile aux États-Unis.

"Il y a beaucoup d'incertitude maintenant. Je ne suis pas très heureux de ne pas pouvoir retourner en Russie. J'ai aussi peur de laisser ma mère derrière, mais être battus ou tués n'est pas la meilleure des choses." dit Oleg.

C'est le premier jour de l'année 2014 et nous sommes à la boulangerie près de Central Park avec la mère d'Oleg, qui était venue à New York pour passer Noël avec son fils. Entre tartines et soupe, des airs de Tchaïkovski remontaient dans l'air.

Oleg et sa mère fredonnent avec enthousiasme ces airs avec les yeux fixés sur l'autre presque comme deux maîtres qui effectuent une symphonie silencieuse.

Je demande à Nailya si Oleg lui manquera s'il obtient l'asile. Elle le regarde avec un petit sourire taquin et dit: «Demandez Oleg si sa mère va lui manquer." Les yeux d'Oleg s'embrument alors qu'elle baisse les yeux et dit calmement:

«Je veux le voir tous les jours. Ma mère a la maladie d'Alzheimer. Elle ne rend pas compte que je suis sa fille. Oleg est la seule famille qui me reste."

L'asile est un processus irréversible, qui signifie que les portes de la Russie seront à jamais fermées.

Leurs carrières à Moscou sont terminées. Il est temps de prendre un nouveau départ, mais sans argent et sans emploi pour l'instant.

La renommée d'Oleg en tant que musicien et journaliste est maintenant un lointain souvenir, presque sans importance aux États-Unis, mais aussi longtemps que la musique joue sur le vieux piano poussiéreux du centre juif, entre notions d'anglais et rires, ils ont l'espoir d'une vie, une vie difficile, mais une vie avec de l'amour,où ils puissent être appelés mari et mari sans honte ni crainte.



Repost 0
Published by jeanrossignol - dans russie
commenter cet article