Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 12:49

Le militantisme athée sera inutile quand...

- Quand la République Française arrêtera de verser le salaire des religieux d'A1sace, de Moselle, de
Guyane...
- Quand les athées américains ne seront plus interdit d'élection dans 7 États.
- Quand les femmes tunisiennes arrêterons de ne toucher que la moitié de l'héritage des hommes.
- Quand les oulémas mauritaniennes ne justifierons plus l'esclavage.
- Quand les saoudiennes auront le droit de conduire.
- Quand l’Église arrêtera de se battre pour l'interdiction de l'IVG partout dans le monde.
- Quand les castes instituées par l'hindouisme auront totalement disparues en Inde.
- Quand les garçons juifs et musulmans ne subiront plus la circoncision
- Quand l'apostasie ne sera plus punie de mort dans 13 pays.
- Quand les homosexuels ougandais ne risqueront plus la mort.
- Quand Raif Badawi, blogueur saoudien accusé d"insulte à l'islam ne risquera plus 1000 coups de fouets.

- Quand l’Église acceptera de s’expliquer sur les 300 000 enfants volés avec sa complicité durant le
franquisme.
- Quand il n'y aura plus aucun mariage forcé.
- Quand les lobbys religieux arrêterons d'imposer l'abstinence comme seule méthode de lutte contre le sida.
- Quand les oulémas indonésiennes arrêterons de se battre contre les lois interdisant l'excision des fillettes.
- Quand la polygamie ne sera plus une norme dans de nombreux pays.
- Quand on pourra faire une caricature de Mahomet sans risquer sa vie.
- Quand les enfants de Témoins de Jéhovah pourront recevoir une transfusion sanguine sans devoir faire un procès aux parents.
- Quand on arrêtera de faire apprendre par cœur le coran aux enfants étudiants dans les madrassas.
- Quand la baptême ne concernera que les adultes et plus aucun nourrisson.
- Quand les créationnistes américains arrêteront de batailler pour imposer leurs délires aux salles de classe.
- Quand la manif pour tous se sera auto-dissoute et que les veilleurs seront rentrés chez eux.
- Quand les "crimes d'honneur" auront disparu.
- Quand les iraniennes pourront enlever leur voile.
- Quand l’Église Orthodoxe arrêtera de semer l'homophobie en Russie.


 

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans Société
commenter cet article
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 12:09

Aujourd'hui des benêts bobo gauchistes (je pourrai dire des bobos tout court pour être plus précis) seront tués par des islamistes.

On les a prévenu, depuis des années, tout comme on avait prévenu ces amis proches, de se protéger du sida.

Aujourd'hui, nos proches meurent, il y en a même qui sont gays et policiers.
Surtout pas de capote, on ne sent rien, tu ne vas pas nous empêcher de vivre, non de Zeus...

Demain, je penserai à ces morts, tout comme je pense à ces amis morts d'hier, des êtres plein d'insouciance : quel gâchis. (*)

 

Jean Rossignol, le 24 août 2017

 

P.S. : Non, à 64 ans, je n'ai pas le sida. J'ai mis des capotes.

(*) Mais, la différence avec hier, c'est qu'aujourd'hui, je vais me faire tuer à cause d'eux.

 

 

Philadelphia avec Tom Hanks, Denzel Washington et Antonio Banderas (1993)Philadelphia avec Tom Hanks, Denzel Washington et Antonio Banderas (1993)

Philadelphia avec Tom Hanks, Denzel Washington et Antonio Banderas (1993)

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans Société
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 08:31
Gay, communiste, universaliste et antiraciste Un avant et un après Orlando

Gay, communiste, universaliste et antiraciste
Islam radical : 
Un avant et un après Orlando

(Article publié dans l'Humanité le Jeudi 16 juin 2016)

 

Gay, communiste, universaliste et antiraciste! Par où faut-il commencer pour ne pas être disqualifié d'emblée? Rappeler que je suis fils de métisse, petit-fils de Noir martiniquais? Pas assez Noir, probablement. L'été, mes racines antillaises remontent à la surface. Ma peau fonce et mon poil frise. C'est un avantage par les temps qui courent car la pensée ne pése plus lourd en comparaison des particularismes ethniques et religieux. "Je suis une victime, donc j'existe."

Je dispose de sept ans d'homophobie quotidienne à mon actif. Ne souhaitant pas intégrer le collége public où je redoutais les brimades des petits caïds en survêt et casquette, j'ai poursuivi ma scolarité dans un collége privée catholique. Malgré l'apparente autorité de l’administration, je n'ai cessé d'être moqué et maltraité pendant sept ans. Crachats, coups, insultes, lancers de sac à dos en plein visage, menaces, mépris de la direction - "Que voulez-vous, il y a des choses qui se voient", lancait-elle au jeune homosexuel que j'étais - tel était le quotidien haineux auquel j'ai survécu.
Je sais donc parfaitement ce que signifle la haine, le rejet, la discrimination, la violence organisée et instituée, les silences complices. C'était du racisme, ni plus, ni moins. On ne me traitait ni de négro ni de bougnoule, mais de pédé, de pédale, de tapette, de fiotte, de tante, de tantouze, de tafiole, etc.

Les "pédés" bénéficient, il est vrai, de bien plus grande variété d‘insultes que les Noirs et les Arabes.

Privilège? Cette haine des petits Blancs, je la connais. Je l'ai expérimentée et subie durant toute mon adolescence. Et pourtant, ai-je le moindre ressentiment aujourd'hui ? Non. Je souris depuis l'Amérique du Nord en songeant à ce qu'ils sont devenus, des êtres fades et médiocres, ternes et sans relief, qui n'imaginent pas à quel point l'homosexualité, après avoir été une malédiction, m'a finalement émancipé.

 

Il serait temps que les minorités sexuelles vivant dans les pays démocratiques et laïques et les associations qui prétendent défendre leur cause et leurs droits prennent la mesure de la tragédie qui se déroule sous leurs yeux.
Osons nommer l'islam radical une fois pour toutes, cette idéologie mortifère, fondamentaliste et fondamentalement homophobe. De même qu'il y a un avant et un après Charlie et un avant et un après l'hyper Cacher, un avant et on après Bataclan, il y a désormais un avant et un après-Orlando. Tout comme les blasphémateurs ou les juifs, les homosexuels constituent aujourd'hui une cible de choix. Ce sont les homosexuels en tant que sujets libres, émancipés du poids des traditions et autres carcans religieux qui peuvent à tout instant subir la folie d'un islam totalitaire que l'on voit chaque jour davantage monter en puissance. N'oublions jamais.


Alban Ketelbuters
Doctorant en études littéraires à l'université du Québec à Montréal (Uqam)

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans Société LGBT Islam
commenter cet article
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 18:11

Recension des craintes réelles et fantasmées comme des répulsions laïques déclenchées par une passagère en abaya, dans une rame d’après-attentats.

 

Par Luc Le Vaillant , Libération, 7 décembre 2015

http://www.liberation.fr/chroniques/2015/12/07/la-femme-voilee-du-metro_1418963

femme voilée Métro Saint Charles, Marseille

femme voilée Métro Saint Charles, Marseille

 

C’est un début de soirée dans le métro. Je suis sur la ligne 4. Le trajet se fait du nord au sud et la tranchée est verticale qui coupe la jugulaire de la capitale dans la peine.

La femme en noir est debout au coin d’une rame et n’attend personne. Elle a la puissance de celles qui aimantent à parité l’attention et la répulsion, la fascination et la détestation. Impavide, immobile, elle tient serrées les paranoïas ambiantes et calcifie les fantasmes destructeurs. Elle se retrouve encagée dans un grillage d’affects réprobateurs et de désirs ambivalents. Le tout lui fait un bouclier protecteur et un podium de pole-dance pour un strip-tease mystique terrorisant.

Elle porte une abaya couleur corbeau. La tenue traîne jusqu’au sol et balaie la poussière des anxiétés alentour. Les mains sont gantées et on ne saura jamais si les paumes sont moites. Cette autre soutane monothéiste lui fait la cuisse évasive, la fesse envasée, les seins restreints. Les cheveux sont distraits à la concupiscence des abominables pervers de l’Occident décadent. Ceux-ci ne rêvant, paraît-il, que de dénuder ce corps réservé à un seigneur et maître, réel ou spirituel, qui tient ses pouvoirs d’accaparement du Dieu unique à la féroce jalousie.


femme voilée Terrasses du Port, Marseille

femme voilée Terrasses du Port, Marseille

Seul le visage est apparent. Il est agréable, juvénile, d’un charme qui passerait pour insignifiant si cette cape obscure ne rehaussait la pâleur des joues de la jeune femme. Elle doit avoir dans les 25-30 ans. Elle est la sœur désolée et désolante des beurettes sonores et tapageuses qui égaient les soirées RATP.

Elle se tient droite et les regards oublient vite sa silhouette pour se concentrer sur la gibecière portée en bandoulière. Personne ne s’attend à en voir sortir un lapin blanc pris au collet. Tout le monde s’inquiéterait plutôt que le sac soit farci de TNT. Si l’œil du voisin de strapontin se fait inquisiteur, ce n’est pas pour pincer le bourrelet charmeur mais pour palper la possibilité d’une ceinture de chasteté explosive. Alors quand les doigts féminins amorcent le moindre mouvement, les sourcils alentour se froncent imperceptiblement.

Elle ne cille pas, ne bronche pas. La moue n’est pas bravache. La femme en noir ne manifeste aucune réaction apparente devant la réprobation qui coagule. Je ne sais si cette exposition la comble d’aise et la renforce dans son bonheur de braver les foules. A moins qu’elle ne se blinde pour résister à cette haine projetée par les siens et qui lui revient en boomerang.


femme voilée Fort Saint Jean, Marseille

femme voilée Fort Saint Jean, Marseille

Je me rassure en me racontant que ce choix régressif et réactionnaire n’aura qu’un temps. Que ce n’est qu’une saison de sa vie, qu’elle reviendra à des attitudes moins extrêmes. D’autres qu’elle ont survécu à leur période punk à chiens. Elle doit être dans le défi à la mort, dans l’ordalie de la jeunesse. Certaines descendent les chutes du Niagara, sniffent à s’en défoncer les cloisons nasales ou s’essaient à la prostitution. Et puis, on les retrouve à pagayer tranquilles, le nez frétillant d’aise, fières de leur sexualité mémère.

Je me dis que j’exagère, et toute la rame avec moi, de mettre en garde à vue le libre arbitre d’une pauvre petite croyante qui ne fait de mal à personne en suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome. Sauf qu’il y a peu de chances que la demoiselle fête les 110 ans de la loi de 1905 dont elle ferait plutôt des confettis. Elle peut toujours arguer d’une pratique piétiste qui ne fait pas de mal à une mouche, je ne peux m’empêcher de la voir comme une compagne de route des lapideurs de couples adultères et des coupeurs de mains voleuses. Tant qu’elle ne rafale pas les terrasses à la kalach, elle peut penser ce qu’elle veut, croire aux bobards qui la réjouissent et s’habiller à sa guise mais j’aimerais juste qu’elle évite de me prendre pour une buse. Arborer ces emblèmes sinistres revient à balancer un bloc d’abîme fondamentaliste sur l’égalité homme-femme, sur les libertés publiques et sur l’émancipation de l’individu. Ce qui est son droit le plus strict, même si je le juge inique.

Le métro continue sa route. A la station Saint-Germain-des-Prés, j’implore Simone de Beauvoir de faire entendre raison aux asservies volontaires. A Saint-Sulpice, le flip revient et je me raconte que la femme voilée est en cheville avec le conducteur salafiste et que mon supplice en sous-sol est pour bientôt. A Saint-Placide, quand se finit la théorie des saints protecteurs si peu laïcards, mon naturel paisible pète un plomb et j’écartèle les portes pour sauter à quai alors que je suis censé ne descendre qu’à la prochaine. Ma couardise laissant la femme-fantôme continuer à couvert sous le tunnel, immobile et tout de noir vêtue.


 

Luc Le Vaillant

femme voilée Vieux Port, Marseille

femme voilée Vieux Port, Marseille

Repost 0
Published by jeanrossignol - dans Société
commenter cet article